Foot américain: « Tim Tebow quaterback des Broncos Denver »: (NFL-article Le Monde-2012):


« Tim Tebow quaterback des Broncos Denver »:

Timothy Richard « Tim » Tebow; born August 14, 1987) is an American football player who is currently the starting quarterback for the Denver Broncos of the National Football League (NFL). He played college football at the University of Florida, winning the Heisman Trophy in 2007. After graduating, he was drafted by the Broncos as the 25th overall pick in the 2010 NFL Draft. Tebow is known as a dual threat quarterback, adept at both rushing and passing the football. With his unorthodox NFL quarterback skills, frequent demonstrations of his religious devotion, and his team’s success, Tebow has attracted unprecedented praise, criticism, and attention from the sporting media and beyond. Commenting on Tebow’s play and the attention he has garnered, many football players and observers have said that they « have never seen anything like it.

Philanthropic Work

Tebow envisioned a foundation to give back to others during his college career. Due to NCAA regulations, Tebow, along with other University of Florida students, created First and 15. Through this organization, Tebow raised funds for Uncle Dick’s Orphanage in the Philippines, founded by his father’s nonprofit association, the Bob Tebow Evangelistic Association.[183] He also raised monies for Shands Hospital pediatric cancer center in Gainesville and a Disney trip for disadvantaged children. Upon graduation from University of Florida, Tebow launched the Tim Tebow Foundation in January 2010

Evangelism

In the Philippines, Tim Tebow preached the Christian Gospel in front of schoolchildren and entire villages and assisted in medical care.[187][183] Moreover, Tebow supports more than 40 national evangelists working in that nation.[187] In the United States, he has shared his Christian faith in prisons and schools, to church and youth groups, and at meetings and conferences. (source wikipedia)

« Tebow, missionnaire du ballon »:(article du Monde-2012)

http://www.lemonde.fr/sport/article/2012/01/11/tebow-missionnaire-du-ballon_1628329_3242.html

Avec janvier est revenue la saison des playoffs, les éliminatoires du championnat de football américain, qui culmineront avec le Superbowl, le 5 février. Le football a eu une année un peu difficile en 2011, avec une grève des joueurs et un débat longtemps occulté sur les risques pour la santé. La multiplication des traumatismes crâniens a fait l’objet d’auditions au Congrès, à la suite de quoi 125 anciens joueurs ont intenté des procès contre la Ligue et les fabricants de casques.

Mais le football a aussi donné à l’Amérique son nouveau héros. Tim Tebow, le quarterback de l’équipe de Denver, les Broncos. Le « Justin Bieber du football », comme l’a écrit le Wall Street Journal. Un joueur à part, même dans le Colorado, qui a déjà eu son heure de gloire avec John Elway, le joueur qui catapultait le ballon à une telle allure qu’il fracassait les mains de l’adversaire. Le gaucher Tim Tebow (prononcez Thibaut, à la française – ce serait d’ailleurs l’origine de son nom), 1,91 m, 107 kg, est le phénomène de l’année. Pas seulement pour ses passes imprévisibles, mais pour la relation spéciale qu’il entretient avec Dieu.

Evangélique, Tim Tebow affiche sa foi au milieu du stade. Devant 40 000 spectateurs et 45 millions de téléspectateurs, harnaché comme un gladiateur, cerné par les pom-pom girls, Tim Tebow met un genou à terre, et prie, tête baissée, façon Penseur, de Rodin, même si ce n’est pas son menton qui repose sur sa main, mais son front. La scène ne dure que quelques dizaines de secondes, mais comme il lui arrive aussi de faire des miracles – toujours in extremis, dans le dernier quart d’heure -, elle a pris une dimension mythique. La pose a désormais un nom : le tebowing et elle est copiée de toutes parts. Un site (Tebowing.com) collecte les photos. Partout, on s’agenouille. Un signe d’appartenance au culte de Tebow. Dans un pays qui a de nouveau envie d’y croire, Tim Tebow redonne confiance. Les miracles existent. Au diable le déclin, la sortie de crise est à portée de main.

Timothee Tebow, lui-même, revient de loin. Son père était missionnaire baptiste aux Philippines. Sa mère a eu une violente maladie quand elle était enceinte et les médecins lui avaient conseillé de ne pas prendre le risque de garder l’enfant. Elle ne les a pas écoutés. Tim a grandi avec le récit de sa naissance miraculeuse et la hantise de ne pas finir en force. Sa famille est le portrait-robot des évangéliques, adepte de l’école à la maison, et farouchement pro-life. Avec sa mère, Tim a tourné une publicité antiavortement, qui a été diffusée avant le Superbowl 2010 (il la regarde tendrement de ses yeux bleus : « Thank you, Mom »).

Quand il jouait avec les Gators, l’équipe de l’université de Floride, il avait l’habitude d’inscrire un verset de la Bible (Jean 3, 16) sur ses eye black, les ombres noires que se peignent les joueurs sur les joues pour éviter les reflets. Depuis, la référence « Jean 3:16 » a suscité 94 millions de recherche sur Google. Tous ses tweets se terminent par « GB » pour God bless (« Dieu vous bénisse »). Cela tombe bien, ce sont aussi les initiales de « Go Broncos ! »

Tebow est devenu un modèle pour les parents. Pendant les conférences de presse d’après-match, son bonnet de snowboard enfoncé sur la tête, il ne manque jamais de dire qu’il est allé visiter le matin même les enfants malades dont s’occupe sa fondation humanitaire, et que « c’est plus important » qu’un événement sportif. Il prêche régulièrement dans les prisons. Il pense que « Jésus lui a donné une plate-forme » pour propager son message. « Le football n’est qu’un moyen, dit-il. Pas une fin. » A un journaliste qui lui demandait s’il avait déjà eu des relations sexuelles, il a répondu non. La presse a été tellement embarrassée qu’il l’a renvoyée à sa difficulté à faire un héros d’un sportif qui s’agenouille sur la pelouse du stade et pratique l’abstinence. « J’étais prêt pour la question. Pas vous. »

En décembre, Tim Tebow a traversé une mauvaise passe (si l’on ose dire) et certains n’ont pas manqué de se moquer. Jésus est même apparu dans l’émission satirique « Saturday Night Live » (en short sous sa robe de bure) pour demander à Tim de « prier un peu moins et de s’entraîner davantage »… Autant dire que le quarterback était attendu au tournant, dimanche 8 janvier, alors que les Broncos essayaient de se qualifier contre un adversaire plus que coriace, les Steelers de Pittsburgh.

Tebow a fait merveille à la passe, et même marqué lui-même, mais les deux équipes étaient à égalité à la fin du match. Le miracle a eu lieu onze secondes après le début des prolongations, quand le quarterback a lancé son coéquipier Demaryius Thomas sur un parcours de 80 yards (1 yard = 0,91 m). Touchdown. C’était gagné. Tebow s’est agenouillé en humble serviteur « pour remercier (son) Sauveur et (son) Seigneur ». Dans le public, les pancartes se sont levées : « We believe » (« nous croyons »). Twitter a crépité de plus de 9 000 messages à la seconde. Believe ou le Yes we can de 2012.

A la fin de la partie, quand la Ligue a publié les statistiques, même les agnostiques ont été épatés. Le score total de Tebow était de 316. Et il avait réussi en moyenne 31,6 yards par passe. Comme le verset biblique, oui. Jean 3, 16. Encore une coïncidence à tomber à genoux…source Corine Lesnes / Le Monde.

autres vidéos (son livre):

Catégories : Actu, Culture positive/films/documentaires... | Tags: , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.