20 Avril 1999: Columbine massacre: « Rachel Joy Scott » (USA):


Rachel Joy Scott:

Née le 5 aout 1981, morte à 17 ans le 20 avril 1999. Rachel est sans doute la victime la plus inoubliable du massacre de Columbine. Dotée d’une personnalité hors du commun, fervente Chrétienne, elle inspirera à son père une véritable croisade pour faire connaitre ses idées. Faite pour devenir célèbre, elle prenait la lumière ou qu’elle soit. Son second prénom la caractérisait toute entière : Joy, la joie. Elle jouera dans la pièce de théâtre de Andrew Robinson “the smoke in the room” quelques jours avant sa mort. Ses petits journaux intimes se révéleront être remplis de formule prophétique. Ses appels à Dieu et à Jésus sont devenus célèbres. Ses dessins furent également bouleversants. Notamment, le dessin de deux yeux tristes pleurant 13 larmes sur une fleurs enroulées dans du barbelés. Dessin qu’elle fit, ou retoucha le matin de sa mort. Un autre dessin représente ses deux mains qu’elle avait détouré au crayon et dans lequel elle a marqué : ces mains appartiennent a Rachel Scott, un jour elles toucheront des millions de coeurs. Ce qui arriva lors de ses funérailles, un des événements les plus suivis de CNN. Elle avait 17 ans lors de l’attaque. Dylan Klebold, l’un des deux meurtriers, la connaissait et l’avait aidé lors d’une des ses performances scéniques ou le son s’était brutalement arrété. Pourtant, avec l’autre meurtrier, Eric Harris, ils se moqueront d’elle et sa foi, dans l’une de leur vidéo. Rachel se sentait isolées à l’école en raison de ses convictions qu’elle assumait avec beaucoup de simplicité. (source)

Elle fut la première victime. Assise à l’extérieur de la cafétéria avec Richard Castaldo, Eric l’a tué de plusieurs coups de carabine. Richard a reçu plusieurs tirs mais a survécu en faisant le mort. La semaine avant son assassinat, elle a eu une discussion avec son père qui les ont laissés tout les deux incroyablement heureux. Ce fait a convaincu son père qu’elle avait un rapport particulier avec la mort.

Après le massacre, la voiture de Rachel a été recouverte de fleurs et son cercueil de billets. Peu de temps après sa mort on a retrouvé plusieurs journaux et quelques essais qu’elle avait écrit comme : « J’ai dans l’idée que, si quelqu’un est capable de ne pas faire comme les autres et de montrer de la pitié, cela entraînera chez eux une réaction en chaîne[1]. »

Christian Stories: Faithful Unto Death:

This is One of the Most Amazing, Christian Stories You Will Ever Hear. It starts with a little girl raised in a good home… a little Girl That Grew to Love the Lord With All Her Heart… and finally… A Yound Lady Who Was Forced To Make a Decision to Stand Up for Jesus and Die or Deny Him and Live.Rachel Scott didn’t Understand all of what was coming, but she had a Strong Premonition that She Would Never Live to be 20 and that She was Supposed to do Something Important to Touch The World!  This is Her True and Moving Christian Story!

Words Written By Rachel after tracing her hands on the Back of a chester draw… « These hands belong to Rachel Joy Scott, and will someday touch millions of people’s hearts ».

Rachel took a definite stand in her High School Years, realizing she had to put the Lord 1st even before her friends. She faithfully witnessed and though she was a really popular kid… her witness was not always well received, but she witnessed anyway. She felt that by kindness and love she could create a chain reaction to make this a better world and she dreamed of one day going to foreign lands to be a missionary. As you know no missionary can just turn it on and turn it off… You have to have that burning love of Christ with-in you that compels you reach the world… and Rachel did.

This Christian Story Paints A Crushing Finale

Her final drawing inspired a book, written by her parents, called « Rachel’s Tears ». That drawing was a picture of her eyes shedding 13 tears that touch a rose and turn to blood drops. The rose is growing out of a Columbine plant and is connected to a verse from the Bible that says, « Greater love has no man than this, that a man would lay his life down for his friends ». Within 2 hours of Rachel drawing that picture 13 people had been killed at Columbine: A teacher and 12 students. That week was Easter, or Passover Week, and just 2,000 years earlier another teacher and 12 students had impacted the world. » (Jesus and The 12 Apostles). Source:


Livre: « Rachel, le journal intime d’une jeune martyre »

article sur le blog du père Daniel Ange:

http://www.jeunesse-lumiere.com/daniel-ange_articles-rachel-jeune-martyre-de-notre-occident.php

Tout sacrifier:

Ce mois d’avril 1999 est un des plus intenses de la courte vie de Rachel. Deux appels l’attirent irrésistiblement : être missionnaire (elle devait partir en Afrique l’été suivante avec un groupe missionnaire, et c’est pourquoi, pour économiser, elle travaille à temps partiel dans un snack) ou actrice. Toujours le même besoin de se donner à part entière, d’être créative, de susciter de la vie, de l’amour, autour d’elle. Or, en ce printemps, un élève plus âgé monte une pièce de théâtre et lui propose d’assumer le rôle principal. Rachel en est ravie, c’est la chose qu’elle désirait le plus : elle pourra mettre toute sa sensibilité et sa créativité au service de quelque chose de beau. Ce qui plus est, elle se retrouve parfaitement dans la peau de l’héroïne de la pièce : une fille jugée de manière négative mais qui cache, derrière les apparences, un cœur plein d’affection, de tendresse et de générosité.. Pour participer aux répétitions, elle doit renoncer aux soirées avec son groupe de prière qui marquent toujours le « temps fort » de sa semaine. Cela lui manque énormément. Elle a besoin de ce soutien pour sa foi, besoin de se sentir entourée de leur amitié. Tout cela lui manque terriblement dans son école. Mais à chaque fois, elle s’efforce de choisir d’être là où elle pourra donner le plus d’amour. Elle va encore plus loin, accomplissant un geste qui étonne son entourage mais où elle se dit tout entière : pour mieux entrer dans son rôle, elle coupe la belle chevelure brune dont elle était fière et teint de vermeil ses cheveux. A sa maman : « Il faut être vrais ». Totalité, vérité : telle est Rachel. Dans un travail pour l’école, elle fait la liste des valeurs qui la font exister : confiance, honnêteté, compassion, amour et le désir de croire le meilleur au sujet des gens. Elle conclue ce devoir en commentant : « Mon code peut ressembler à une utopie, impossible à atteindre, mais éprouvez ces principes éthiques personnellement et voyez l’effet qu’ils produisent sur la vie des gens qui vous entourent. Vous pourriez tout simplement initier une réaction en chaîne. »

Pour provoquer cette « réaction en chaîne » elle ne se ménage pas, elle recours à toutes les ressources de sa riche créativité : mimes chrétiens dans l’école (tout en sachant que beaucoup se moqueront d’elle) et la musique pour laquelle elle avait un don inné. C’est ainsi qu’elle compose cette chanson (elle en a composé plusieurs) : « Père étend ta main, prends possession de ma vie. Ouvre mes yeux à ta lumière merveilleuse. Remplis-moi de ton amour éternel. Garde-moi une place dans ton Royaume céleste. » En bas de la feuille elle note : « J’ai écrit cette chanson, et en l’écrivant je voulais motiver les chrétiens à prêcher l’Évangile au monde. Mais en entamant la seconde strophe, j’ai compris que c’est à moi-même que je devrais dire ces choses, et non pas aux autres. Je devrais suivre mes propres conseils. En tant que chrétiens, nous ne devons pas oublier de mettre nos propres paroles en pratique. Toujours !! »

Après des semaines de répétitions, Rachel ressent tout le poids de la fatigue : « Je suis si fatiguée, à la fois sur le plan émotionnel et physique. Je ne veux pas que cette pièce se termine, mais je suis si lasse de manquer Breakthrough [son groupe de prière]. C’est dur de chercher Dieu toute seule. Cela ne devrait pas être le cas pour moi, parce que je crois en lui depuis longtemps déjà et que je devrais être capable d’appeler son nom à tout moment et de sentir sa présence […] Seigneur, tu connais mes objectifs, mes rêves, mais je ne peux les atteindre sans toi. J’ai besoin de ton aide. Laisse-moi te trouver sans l’aide d’une église. Crée en moi l’église pour que, où que j’aille, je trouve un sanctuaire. » (25 mars 1999).

De plus en plus, son âme veut avancer au large, elle a besoin de grands espaces pour porter plus loin la vérité. Mais comment faire, lorsqu’on est si petit, si limité ? Il faut pouvoir retrouver Dieu partout, le rencontrer au dedans de son âme, pour le porter plus loin encore…

Tous ces efforts conjugués, sa solitude, méconnue de ceux-là même qui l’entourent et croient la connaître et l’aimer, ses interrogations face à son avenir, finissent par l’épuiser. Quelques jours à peine avant sa mort elle écrit :
« Je me noie
dans mon propre océan de désespoir.
J’étouffe les mains serrées autour de mon cou.
Je meurs
Très vite, mon âme s’en va, lentement, mon corps s’étiole.
Ce n’est pas un suicide,
J’y vois un homicide.
Le monde que vous avez construit
a conduit à ma mort. »
Avril 1999.

Catégories : Témoignages/enseignements vidéos: | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.